LE SUCCÈS DES MONTRES AUTOMATIQUES


Les montres à mouvement automatique opèrent une percée sur le marché. Un phénomène que nous avons pu observer à l’occasion des Journées d’Achats, qui se sont tenues sur les péniches du Yacht Club, à Paris, en janvier 2020.

Nous voici donc aux portes d’une ère plus technique. D’où l’idée, avant de découvrir les nouveautés développées par les fabricants, de préciser de quoi parle-t-on.

Qu’est-ce qu’un mouvement automatique ?

Ce type de mouvement emmagasine de l’énergie grâce aux mouvements naturels du poignet des porteurs et porteuses de la montre. Le rotor (aussi appelé masse oscillante) remonte le ressort principal de manière perpétuelle. Notez la différence avec le mouvement mécanique qui s’actionne en tournant, à la main, la couronne.

Qu’est qu’une montre squelette ? C’est une montre dont le cadran laisse apparaître pleinement le mouvement. Si on peut le voir de manière partielle, alors il est dit « à cœur battant » (quand le battement se voit)  ou « à cœur ouvert ». Notez que le fond du boîtier peut être transparent ou opaque.

Qu’est-ce qu’une réserve de marche ? C’est le temps pendant lequel le mouvement fonctionne sans être porté. Sur certains modèles, un sablier permet de vérifier le temps de marche restant.

Qu’est-ce qu’une fréquences Hz ? Plus il y a d’alternances par heure, plus le mouvement est précis.

Pourquoi y a-t-il des rubis dans le mécanisme ? Les pierres de synthèse utilisées pour la fabrication permettent d’éviter l’abrasion et l’érosion des pièces et de protéger le mécanisme. Plus il y en a, mieux c’est !

A propos de l’épaisseur du boîtier Un mouvement automatique prend plus de place qu’une pile à quartz, d’où l’importance de vérifier si la montre n’est pas trop lourde au poignet.